La marque Hermès séduite par le Ndop, tissu des notables bamiléké

Mondialement reconnue dans la conception, la fabrication et la vente de produits de luxe (maroquinerie, prêt-à-porter, parfumerie, horlogerie) la marque française Hermès vient de choisir le Ndop, pour sa collection de carrés.

Etoffe très riche en signification et à valeur symbolique particulière, le Ndop est associé eux rituels, notamment dans les sociétés dites secretes, comme le rappelle le communiqué accompagnant cette décision prise en collaboration avec la Fondation camerounaise Jean-Félicien Gacha.

Le Ndop ou Dze Ndouop ou Nji Ndop, dont la fabrication séculaire se déroule entre les régions montagneuses des grassfields et du Nord sahélien au Cameroun, suit un traitement graphique et l’iconographie obéissant à des codes précis. L’étoffe Ndop moderne peut être fabriquée de façon industrielle avec la technique de production de pagnes wax à base d’indigo.

Également présent au Nigeria, le tissu est reconnaissable des deux côtés de la frontière : le Cameroun se caractérise par le choix de motifs abstraits, le Nigeria par une figuration prenant pour modèles humains, lézards, léopards…

Depuis de nombreuses années, la marque Hermès explore «les nouvelles formes du carré».

«Le carré Hermès appartient au clan ultra-fermé des monstres sacrés de la mode, ces pièces qui ont su s’imposer dans le temps pour devenir des classiques. Accessoires mythiques transmis de mère en fille depuis des générations, ils ont le don de traverser les décennies sans prendre une seule ride », écrivait la chroniqueuse Peggy Frey.

De bon augure pour le Ndop et pour la culture camerounaise, qui se retrouve portée à de nouvelles hauteurs.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *