La Directrice Afrique de TV5 Monde est optimiste. La chaîne panafricaine où elle officie va relever le défi d’être présente sur toute la télévision numérique terrestre (TNT) en Afrique.

Dans un entretien accordé il y a quelques semaines à Paris Match Afrique aux côtés de son directeur général, Yves Bigot (photo ci-dessus), l’ancienne présentatrice vedette du Jité sur la CRTV évalue : « On a commencé en 2009 lorsqu’un opérateur chinois a lancé le premier réseau terrestre en Guinée, en république démocratique du Congo et au Rwanda. Toute l’Afrique devrait être équipée d’ici 2020, c’est la date butoir imposée par l’Union internationale des télécommunications (UIT) pour migrer de l’analogique vers le numérique».

La confiance de Denise Epote se fonde par ailleurs sur une manière d’évolution naturelle de la télévision sur le continent depuis un quart de siècle : «Avant la libéralisation des ondes, il n’y avait qu’une chaîne publique. En RDC, c’était la RTNC, où à l’ouverture une image de Mobutu descendait du ciel. Aujourd’hui, il y a une trentaine de chaînes, dont certaines attaquent le président Joseph Kabila. Au Cameroun, une vingtaine, une dizaine au Mali. Cette multiplicité créé une ouverture et oblige les chaînes publiques à s’adapter».

On rappellera toutefois qu’en 2006, l’ensemble des pays africains s’étaient engagés à migrer vers la TNT à l’horizon 2015, ce qui ne se réalisa pas.

La TNT offre aux téléspectateurs des images et un son de meilleure qualité. Ses normes de compression et de décompression des données permettent en effet de diffuser plus de contenus sur un même canal. Alors que le signal analogique était très gourmand en fréquences, la TNT libère une partie du spectre au bénéfice d’autres usages comme la 4G, qui fait son apparition sur le continent.

 J.E

Ph : Philippe Petit