C’est l’espace Doual’Art qui a servi de cadre à la deuxième édition de cette rencontre où vin et littérature font bon ménage. Une édition qui a fait honneur à Lydol et Sadrak (à gauche sur la photo), deux artistes qui ont en commun de jouer avec les mots et qui ont chacun une actualité marquante avec ce mois d’avril : l’une vient de mettre sur le marché «Slamthérapie» son premier album de slam, l’autre vient de publier son livre «Un mélange de l’art et des gens» aux Éditions du Muntu.

Lydol est une slameuse dont la participation à L’Afrique a un incroyable talent a été une consécration pour celle qui en 2010 croisait par hasard le chemin du slam parce que voulant «à tout prix prendre part à Challenge vacances», une compétition organisée pendant les grandes vacances. Elle sera d’ailleurs sacrée championne nationale. Le déclic. Son album Slamthérapie était très attendu. 14 titres où Lydol parle d’elle, de ses sentiments, de la femme notamment à travers le titre «Amina» que le public a eu le plaisir de (ré) écouter.

Sadrak pour sa part fut membre du groupe Negrissim. L’un des 10 meilleurs groupes de rap africain de tous les temps selon le magazine Jeune Afrique. «Un mélange d’art des gens» est un recueil poétique et philosophique où le rappeur parle de la vie de tous les jours, de ses ballades à travers le monde. Un livre qui fait de Sadrak l’un des rares rappeurs auteurs.

«C’est un ami éditeur qui a remarqué mes textes et s’est dit que ça pouvait être édités», se souvient tout fièrement le jeune auteur. L’ami éditeur en question est Félix Mbetbo, lui aussi écrivain, auteur du livre «La république du  piment». Pour Félix, «l’écriture de Sadrak est hors du commun. Il raconte les choses de tous les jours d’une manière qui étonne».

Le vin littéraire est événement organisé par la marque BVS à travers son produit Castel. La première édition avait eu lieu en novembre 2017 avec comme invité Joseph Mbarga, l’auteur de «La faim justifie les moyens». Vivement le chapitre trois.

Valorien Noubissi