Tous les Poissons d’Avril ne sont pas drôles. Il y en a même qu’on peut regretter. Au rang de ces actes manqués désormais: celui du newsmagazine Jeune Afrique, qui, au détour d’une interview fictive, annonçait la candidature de notre Samuel Etoo à l’élection présidentielle camerounaise; avec des phrases chocs comme « Je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas occuper le poste de président de la République. Pour paraphraser mon ami Booba, ‘je rêve de la présidence comme Jules César rêvait de Rome ».

Tout ceci n’a pas été du gout de l’ex-capitaine des Lions Indomptables du Cameroun, qui s’est tout de suite fendu d’une mise au point via son compte officiel Instagram, précisant que  » le canular était malfaisant aussi bien sur le fond que sur la forme  » et se réservant le choix de la suite à donner a ce petit poisson d’avril qui décidément passe mal chez plus d’une personne.

Le contexte est effectivement délicat au Cameroun en cette année 2018, où les tensions dans la région dite anglophone du pays se superposent à une actualité politique chargée. Et Samuel Eto’o Fils ne souhaite visiblement plus faire le buzz pour des raisons critiquables.

S. N