Emmanuel Ndjere, ICI Cameroun tcs

Il s’appelle Emmanuel Ndjere, il préside aux destinées du Tribunal Criminel Spécial (TCS) depuis juin 2017. Il a la réputation de dire froidement le droit. Et surtout, il est renommé pour sa maîtrise et son respect des procédures, ainsi que sa réserve. A la simple idée de se retrouver face à lui, nombre de gestionnaires potentiellement indélicats en perdent le sommeil.

Depuis son arrivée, l’ancien Secrétaire Général d’Issa Tchiroma Bakary au ministère de la Communication souhaite abolir l’image de juridiction politique conférée au TCS dès sa création, pour faire apparaître son «autre visage», une dimension «humanitaire» de défenseur du bien commun juridiquement protégé.

Tandis que le dernier vol de l’Epervier dans la basse cour politico-administrative du pays fait encore couler beaucoup d’encre et de salive, au TCS, l’ambiance est on ne peut plus studieuse. Pour Emmanuel Ndjere et son équipe, les heures de travail se rallongent au fur et à mesure que les nouveaux dossiers arrivent. La juridiction est célèbre pour sa compétence à juger les «gros poissons», soupçonnés d’avoir extorqué au moins 50 millions de FCFA au Trésor public.

AUTEUR PROLIFIQUE

C’est d’ailleurs ce qu’il laisse entendre à travers son dernier essai bilingue : «L’autre visage du Tribunal Criminel Spécial ou La vision humanitaire du Président de la République son Excellence Paul Biya», sorti en février 2018.

Eh oui, le Grand Officier de l’Ordre national de la valeur, est un écrivain prolifique et assidu avec pas moins de neuf ouvrages à son compteur, dont huit qui traitent du droit, à l’instar des deux tomes de Pratique du droit pénal du Cameroun. Approche analytique, sortis en octobre 2017.

Né aux aurores de l’indépendance du Cameroun, ce natif du Mbam-et-Inoubou dans la région du Centre obtient une licence en droit privé francophone en 1983 et une maîtrise en droit privé option pratique et contentieux des affaires en 1985.  La même année, il entre à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (Enam).

En 2013, Emmanuel Ndjere est élevé au grade magistrat hors hiérarchie 2ème groupe et continue d’enseigner à l’ENAM où il a formé en tant que professeur chercheur, plus de deux décennies de magistrats nationaux et internationaux.

Il fut, de 1987 à 1991, substitut du procureur à Monatélé, puis à Yaoundé. Il rejoint ensuite l’administration centrale, où il servira pendant 26 ans au ministère de la Justice, dans les Services du Premier Ministre, au ministère des Domaines et des affaires foncières et enfin au ministère de la Communication).

Dans les récents rebondissements de l’opération Epervier, Emmanuel Ndjere est loin d’être un figurant. Au contraire, son entrée en scène semble davantage donner un coup de fouet à cette opération d’assainissement, puisque l’institution qu’il dirige devrait traduire «La vision humanitaire du Président de la République son Excellence Paul Biya».

Djeny Ngound

Photo : Dutron Kenmoe