En chantier sur son prochain opus, l’artiste musicienne nous livre les grandes dates de sa tournée européenne, baptisée Kareyce Fotso Europe Tour. Médaillée d’argent aux Jeux de la Francophonie au Liban (2009), l’auteure de «Mokte» nous fait également quelques confidences sur ses projets artistiques.

 

Vous entamez une tournée en Europe dès le 18 mai prochain. Quelles sont les grandes étapes de cette tournée ?

Je débute ma tournée européenne par l’Allemagne pour un concert prévu le 18 juin 2018 au Palais Wittgenstein, à Düsseldorf. Ensuite, cap sur les Pays-Bas où je suis attendue le lendemain, 19 juin, pour un concert. Après, retour en Allemagne où je dois me produire le 15 juin au Festival Kenako-L’Afrique en Allemagne à Berlin. Le 16 juin, je serai au Festival Chiala en Autriche. Le 4 et le 5 juillet, je serai en Espagne pour un spectacle au centre culturel Caixa Forum, respectivement dans les villes de Séville et de Saragosse.

Dans quel cadre s’inscrit cette nouvelle tournée ?

La tournée entre dans le cadre de la promotion de mon troisième album «Mokte», sorti au mois de mai 2014. Cette tournée est comme la plupart de mes tournées à l’étranger : elle commence dans un lieu et se termine dans un autre. Le but est de partager avec les mélomanes qui vivent dans ces villes et régions. Il est vrai que celle-ci a une spécialité à cause de l’aspect temps, lié notamment à la célébration de la Fête de l’unité nationale de mon pays.

Pourquoi ces pays européens et pas d’autres ?

Concernant le choix des pays,  il est important de rappeler qu’en plus d’être une artiste camerounaise,  je suis une artiste du monde. Et mon manager est un Belge. C’est donc l’équipe de la maison à  laquelle j’appartiens (le label Contre-Jour, Ndlr) qui se charge de concevoir et conduire mon calendrier de spectacles et de tournée.

Après la tournée, c’est quoi la suite ?

Après la tournée, il y a mon quatrième album actuellement en préparation et qui verra certainement le jour. J’y travaille depuis des mois avec des artistes camerounais d’ici et de la diaspora. Des étrangers également. Pour y arriver, j’ai collaboré il y a quelques mois avec le chanteur haïtien Jean Jean Roosevelt sur son titre «Viens avec moi». C’est un album qui sera bientôt dévoilé. Pour l’instant, je suis en chantier.

 

Propos recueillis par Patricia Ngo Ngouem