«We are all migrants», pouvait-on lire sur une large banderole surplombant la scène du spectacle que donnaient le 27 avril dernier à l’Institut Goethe de Yaoundé, le rappeur Valsero et le groupe Macase. Spectacle dont l’objectif était la sensibilisation aux dangers de la migration irrégulière et à la maîtrise de la colère.

Valsero et Macase, à la fois jeunes et anciens de la scène musicale du Cameroun, issus d’univers musicaux différents, se sont unis pour proposer un concert live porté par des textes conscients et engagés pour le premier, et par les mélodies des seconds. Un grand moment de musique et de prise de conscience qui a sur ravir les spectateurs et les organisateurs.

Invité sur scène pour soutenir la cause, le rappeur Koppo a posté sur son mur ce commentaire : «Les Aînés de Macase nous ont replongé à dans le bain de l’apprentissage, de l’humilité, du travail. Oui, j’ai aimé prendre du plaisir sur mes chansons».
De son vrai nom Serval Gaston Abe, Valsero commence le rap à 15 ans. Il est auteur de l’album «Politikement instable» sorti en 2008. En 2010 et 2011 sortiront successivement «Autopsie» et «L’appel du peuple».

Le groupe Macase quant à lui a  depuis plus de 20 ans développé un style qui a traversé les frontières du Cameroun et de l’Afrique : le Bantu Groove. Le groupe a commis les albums «Etam» en 1999, «Doulou» en 2004, «Fly away» en 2010, «La nouvelle écriture» en 2013 et «Issiè» en 2016. Malgré le départ de membres importants, le groupe Macase continue son bonhomme de chemin, autour de ses membres historiques : Serge Maboma, Roger Dubois Minko, Roddy Ekwa.

Gérard Messanga