C’est avec beaucoup d’humilité et un zeste d’humour que Charlotte Dipanda réagit à la polémique née à la suite d’une interview accordée le 25 avril dernier à son arrivée à l’aéroport de Ouagadougou (Burkina Faso), et dans laquelle elle avoue ne connaitre aucun artiste burkinabé.

«Je suis désolée, je ne connais pas d’artiste burkinabé, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’artistes talentueux au Burkina. Je suis la première à être surprise qu’on me dise que ma musique est écoutée ici. Vous voyez bien que c’est la première fois que je viens ici. Ça ne peut pas me blesser quand un Burkinabé me dit qu’il ne me connaît pas, parce qu’il y a tellement d’artistes…», nuance la chanteuse dans un autre entretien accordé trois jours plus tard à un journaliste burkinabé.

«Est-ce que la musique burkinabé est diffusée au Cameroun autant que celle du Cameroun au Burkina ? Donc, il y a autant de paramètres», justifie celle qui fut membre du jury de l’émission The Voice Afrique Francophone (ici à l’image avec les autres membres du jury Lokua Kanza, Asalfo, Singuila et l’animateur Claudy Siar).

Autrement dit, cette «méconnaissance» peut s’expliquer par le fait que la musique burkinabé n’a pas un large écho au Cameroun. Toutefois, elle se dit prête à collaborer avec des artistes du Burkina.

«Nous avons toujours quelque chose à partager entre nous. C’est avec beaucoup de plaisir que je ferai une collaboration avec les artistes burkinabés», assure l’artiste camerounaise qui vient de fêter ses 10 ans de carrière.

Invitée d’honneur aux Kunde, prestigieuse cérémonie de récompense de musique au Burkina Faso, Charlotte Dipanda a remporté le prix d’honneur de la meilleure progression féminine de l’Afrique de l’ouest, l’un des prix spéciaux décernés lors de cet événement.

PNN