Sorti il y a peu, son single «2035»  sera présent dans son premier album attendu dans les bacs dans quelques jours. Celui qui a fait le buzz avec les titres « Nyangalement » et « Le pays est sucré » a répondu à nos questions en rapport avec son dernier single et son amour pour le Cameroun.

Parle-nous de ton dernier single «2035»

2035, c’est la chanson sur nos espérances pour le Cameroun de demain. Le texte joue avec les émotions, on va tour à tour sourire, rêver, s’indigner… Le clip prend la forme d’un discours solennel, qui invite chaque Camerounais à s’interroger sur son rôle pour construire tous ensemble l’Emergence. J’ai des supers retours pour l’instant, j’invite tous ceux qui ne l’ont pas déjà fait à aller découvrir le clip.

D’où vient ton amour de la culture camerounaise ?

J’ai eu la chance de découvrir le Cameroun en 2007, et ça a été un vrai coup de foudre. Difficile à expliquer, c’est un tout : l’ambiance, les gens, la tchop (nourriture), les paysages… Je revenais une semaine par an en moyenne, jusqu’en mai 2017 où je me suis installé à Douala.

Pourquoi avoir choisi de rapper en camfranglais ?

C’est sorti comme ça quand j’ai écrit mon premier titre, «Le pays est sucré», qui avait été un gros buzz. J’ai toujours été fasciné par ces expressions très originales et imagées. Et puis, c’est aussi ce qui unit aujourd’hui la jeunesse camerounaise.

Avec quels artistes locaux Alex travaille-t-il ?

Oui, toutes mes chansons sont 237% camerounaises. Je ne travaille qu’avec des ingénieurs du son, musiciens et réalisateurs camerounais. J’ai beaucoup enregistré ces derniers temps au studio Red Zone, avec Djess Panebo. J’avais sorti l’année dernière un featuring avec SadraK, un grand monsieur du hip-hop camerounais. Dans mon album qui sort bientôt il y aura quelques featurings, même avec un humoriste, mais je ne cherche pas les featurings à tout prix pour faire du marketing, l’objectif reste de faire de la bonne musique !

Que fait Alex au quotidien comme profession ?

Je travaillais dans le consulting à Paris avant de venir m’installer à Douala en 2017. Costume-cravate, chaud comme le beignet dans le métro de Paris ! Mon prénom de blanc c’est Alexandre, mais tout le monde m’appelle Alex, et maintenant on m’appelle aussi dans la rue «le blanc de Poupi» ou «le wat de New Bell» depuis que j’ai joué dans la websérie Pakgne. Sinon pour répondre à la question sur l’âge, disons que mon âge de Kumba est resté calé à 25 (rires).

Quels sont les projets à venir concernant la musique ?

Je sors mon premier album le 17 mai ! C’est un projet qui me tient à cœur et dont je suis super fier. Je pense que les gens vont être surpris… Le CD sera en vente au Cameroun et sur toutes les plateformes. Et j’organise un showcase avec dédicace de l’album le 17 mai au café Champs-Elysées de l’IFC à Douala. Entrée libre !

 

Propos recueillis par Valorien Noubissi

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *