Mannequin international, Valerie Ayena est la marraine du concours Miss Écrans noirs 2018. Dans cette interview, celle qui a été élue Miss Cameroun en 2013 dévoile les contours de cette élection et donne les raisons qui l’ont poussée à s’associer au comité d’organisation de ce festival de cinéma.

 

Quel sera votre rôle en tant que marraine du concours Miss Écrans noirs, dont la 22e édition du festival se tient en juillet prochain ?

J’ai un rôle de consultante au sein de l’équipe d’organisation du festival Écrans noirs. Le but est que j’apporte mon expertise en matière de concours de beauté et de tenue générale quand il s’agira d’élire la Miss. Le concours Miss Écrans Noirs n’est pas une élection de beauté comme les autres. Nous célébrerons les 22 ans du festival. Parvenu à maturité, le festival aujourd’hui tend à faire éclore le talent camerounais dans le monde du glamour et du cinéma. D’où le slogan : «La beauté camerounaise au cœur du cinéma».La Miss Ecrans noirs 2018 sera formée au métier d’actrice. En projet immédiat, l’élue recevra une formation au métier d’actrice. Elle sera une ambassadrice de la culture camerounaise au travers d’évènements internationaux.Nous sommes partis pour créer une star camerounaise.

Quels critères permettront de désigner la gagnante ?

Ce sont exclusivement des professionnels du cinéma qui trancheront. Nous sommes à la recherche de la candidate qui aura la petite étoile au fond d’elle. Et cela peut être n’importe qui. J’espère recevoir de courageuses et magnifiques candidates lors des castings préalablement effectués.Les critères officiels de sélection seront annoncés lundi. Cependant, de manière générale, nous sommes à la recherche d’une jeune femme camerounaise qui saura représenter valablement la marque Écrans noirs, et surtout la culture camerounaise.Le critère principal est d’aimer le cinéma et vouloir en faire son métier. Un autre critère important est «l’expression». Nous attendons des Camerounaises belles, mais surtout intelligentes.

Qu’est-ce qui vous a poussé à endosser ce rôle de marraine ?

J’aime le cinéma et j’aimerais voir plus de Camerounaises dans des productions cinématographiques internationales. Et surtout, j’aime le défi. L’année dernière, l’élection n’a pas eu lieu. Cette année, ce sera une belle célébration. Nous travaillons pour.

Justement, l’élection Miss Écrans noirs a été annulée en 2017, notamment parce que les standards nécessaires au bon déroulement d’un tel concours n’étaient pas réunis. Les conditions sont-elles remplies cette année ?

Le promoteur du festival Écrans noirs (le cinéaste de renom Bassek ba Kobhio, NDLR) est en train de s’assurer qu’elles le soient.D’où ma présence à Yaoundé en ce moment même.

 

Propos recueillis par Patricia Ngo Ngouem