Ils s’appellent Kylian Mbappé, Samuel Umtiti, Breel Embolo ou encore Yvon Mvogo. Eux, ce sont les joueurs «camerounais» qui prennent part à la Coupe du monde en Russie. Enfin presque ! Car s’ils ont du sang camerounais qui coulent dans leurs veines, ils ont choisi de défendre les couleurs d’autres pays. En l’occurrence la France et la Suisse. Chacun d’eux a eu l’occasion d’expliquer, en une phrase, ses motivations.

 

Le plus en vue est sans aucun doute Kylian Mbappé, l’attaquant de 19 ans de l’équipe de France. C’est le plus jeune de tous. Et le seul à être né dans l’Hexagone. Pour le jeune espoir des Bleus, toutes les conditions étaient réunies pour qu’il arbore le maillot tricolore. «La question de jouer pour le Cameroun ne s’est jamais posée parce que je suis né en France», a déclaré le joueur du PSG, convoqué pour la première fois chez les Bleus en mars 2017.

Samuel Umtiti, né le 13 novembre 1993 à Yaoundé, a quant à lui décliné l’offre du Cameroun. Arrivé à Lyon à l’âge de deux ans, le défenseur des Bleus a en effet opposé une fin de non-recevoir à la délégation de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) venue en France pour le convaincre de rejoindre la tanière des Lions indomptables. C’était à la veille du Mondial 2014 au Brésil. «J’ai fait toute ma formation avec les jeunes de l’équipe de France. La logique est d’aller voir plus haut toujours en France», avait justifié le joueur du Fc Barcelone, qui a honoré sa première participation avec l’équipe fanion de France lors de l’Euro 2016.

Malgré le forcing opéré il y a quelques années par les autorités locales du football, Breel Embolo, natif de Yaoundé de parents camerounais, a opté pour la Suisse. «On ne peut malheureusement pas jouer pour deux équipes nationales. Après mûre réflexion, j’ai décidé d’opter pour la Suisse. C’est le pays dans lequel j’ai passé la plus grande partie de ma jeunesse. Il ne s’agit pas d’un choix contre le Cameroun, mais bien d’une décision pour la Suisse. Les deux fédérations m’ont énormément choyé, et j’aimerais les remercier pour leurs efforts. J’espère que mon choix sera respecté et accepté», a expliqué l’attaquant de la Nati, nom de l’équipe nationale suisse.

Son compatriote et coéquipier, Yvon Mvogo, 24 ans, a fait le même choix en 2014 alors que le Cameroun lui faisait les yeux doux. «Je me sens 100% suisse. Je veux disputer le tour final du Championnat d’Europe avec la Suisse en France, et je ne jouerai pas pour le Cameroun», avait-il alors expliqué. Arrivé en Suisse à l’âge de 6 ans, Yvon Mvogo a été sélectionné comme deuxième gardien de la Nati pour le Mondial russe.

 

P.N.N