Années 2009 – 2010. Un titre signé du chanteur de makossa Hugo Nyame était incontournable au Cameroun et dans la diaspora : «Pardon Madame». Cette chanson, expliquait l’artiste, décrit les femmes manipulatrices qui voient en les hommes uniquement des pourvoyeurs de biens matériels, prompts à offrir agapes et autres bijoux, sans rien en contre partie. Dans cette histoire, l’une d’elles tombe sur un homme prêt à tout pour être récompensé de toutes ses dépenses…

En 2009, celui qui a longtemps travaillé en studio et commis des textes pour Sergeo Polo, Njhoreur, Pakito, Wes Madiko, voit sa boîte Altus Production le pousser sur le devant de la scène. S’ensuivra un album de huit titres dans la pure tradition makossa avec des références aux contes traditionnels, proverbes et maximes de la culture sawa.

Le public ne s’y trompe pas et adhère au projet. Hugo Nyame et son «Pardon Madame» recevront un trophée lors des Canal 2’Or 2009.

En octobre 2014, l’histoire vira au fait divers. Hugo Nyame fut donné pour mort alors qu’il avait été interné à l’hôpital Laquintinie de Douala à cause d’un paludisme sévère. «Nous sommes partis de Mbangue (où nous avons construit) tranquillement pour l’hôpital. Je ne comprends pas pourquoi deux jours plus tard quand il va mieux, les gens commencent à dire  qu’il est mort», réagissait son épouse Yolande Nyame.

Sans doute la rançon de la gloire.

TM – ICI Cameroun