La jeune star du PSG s’apprête à disputer, dans la peau d’un crack, un quart de finale pour sa première participation à une coupe du monde de football. Après un doublé historique et victorieux face à l’Argentine, finaliste de l’édition précédente, le natif de Bondy en France a été érigé par le magazine France Football, «héritier du Roi Pelé».

En effet, rappelle le journal, Kylian Mbappé a égalé un record appartenant au Brésilien Pelé ce samedi 30 juin contre l’Argentine. Il est devenu le deuxième joueur de moins de 20 ans à inscrire un doublé dans un match à élimination directe de Coupe du monde après Edson Arantès Do Nascimento, qui l’avait fait en finale du Mondial 1958 contre la Suède (5-2).

Ce dernier a d’ailleurs félicité le jeune prodige des Bleus sur son compte Twitter : «Félicitations Kylian Mbappé, deux buts dans une Coupe du monde si jeune te placent en bonne compagnie. Bonne chance pour tes autres matches. Sauf contre le Brésil!»

Adoubé par les plus grands

Selon Opta, Mbappe est aussi à 19 ans et 6 mois le plus jeune joueur à inscrire deux buts en Coupe du Monde depuis Michael Owen en 1998, lequel avait alors 18 ans et 6 mois. Pour l’ancien buteur anglais Gary Lineker, les planètes sont alignées : «Je l’ai déjà dit avant mais Kylian Mbappe sera la future superstar du football».

Toujours aussi habile avec les médias, le joueur a annoncé qu’il reverserait ses primes à des œuvres caritatives. De quoi faire exploser sa côte sur et en dehors des pelouses. En mars dernier, à l’occasion de la visite du président libérien George Weah à l’Elysée, Kylian Mbappe avait déjà formulé son intention d’aider au développement du sport africain.

Cela le rapproche-t-il pour autant du Cameroun, le pays de ses ancêtres, à qui il doit un nom déjà célèbre et un don exceptionnel pour le football ? Rien n’est moins sûr. «Je ne suis pas le petit fils de Mbappé Leppé», avait tranché Kylian l’an dernier face aux médias comme pour couper court à toute récupération facile.

L’ombre du Maréchal Mbappe Leppe

Les faits sont pourtant têtus. Tout autant que la ressemblance physique entre les deux hommes. Dans la famille Mbappe, il y eut déjà le «Maréchal» Samuel Mbappe Leppe (ici en médaillon), né en 1936 et disparu en 1985. A l’Oryx Douala, dans les années 1950 et 1960, il remporta cinq titres de champion du Cameroun (1961, 1963, 1964, 1965 et 1967), fut trois fois la Coupe du Cameroun (1963, 1968 et 1970) et le premier capitaine à soulever la Coupe des clubs champions africains lors de la saison 1964-1965. En 1992, un timbre fut édité à son image et en 2015, la CAF le désigna à titre posthume «Légende africaine».

D’après certaines sources toutefois, la mort du Maréchal dans des conditions misérables aurait créé une cassure entre la grande famille Mbappe et le Cameroun. Au moment de choisir, Kylian Mbappe aurait pu jouer pour l’Algérie, pays de sa mère Fayza Lamari, la France son pays de naissance ou le Cameroun où vont ses lointaines racines sawa. Mais pour le jeune espoir des Bleus, toutes les conditions étaient réunies pour qu’il arbore le maillot tricolore. «La question de jouer pour le Cameroun ne s’est jamais posée parce que je suis né en France», a-t-il encore révélé, creusant un peu plus, peut-être, le fossé avec ce Cameroun qui attend un signe.

Une chose est certaine : la réputation du Cameroun n’est pas au plus haut dans le monde du football avec des problèmes tant au niveau de la Fédération que de l’équipe nationale, notamment avec ses plus grandes vedettes. Dès lors, rien n’indique que si Mbappe avait choisi le Cameroun, il aurait été mieux traité que Patrick Mboma ou Samuel Eto’o en leur temps. Et quand on sait que les parents de Kylian gèrent la carrière de l’attaquant parisien avec l’aide d’un cabinet d’avocats, on peut deviner que le jeune Kylian aura à cœur d’éviter les problèmes, et peut-être le Cameroun par ricochet.

T. Minko’o – JP Kepseu – ICI Cameroun