Des enfants plus respectueux des valeurs, mieux imprégnés des notions de bienséance, plus empreints d’humanisme. C’est la recette que propose Michèle Bilong pour un monde meilleur, ou plutôt un Cameroun meilleur. Éducatrice, fondatrice du groupe scolaire bilingue Les Laitières à Douala, la dame au caractère trempé a décidé d’agir par la base, la petite enfance.

Le véhicule de ces préceptes est constitué de trois ouvrages au format de poche édités en français, anglais et en espagnol. Une vingtaine de pages chacun, aux coloris gais et chatoyants, retraçant les Aventures de Dodi la tortue, un personnage attachant, assidu, obéissant, respectueux, érigé en modèle pour séduire et instruire. Une trilogie aux intrigues distinctes. Dodi au village, Dodi confronté à son premier jour d’école, Dodi à la ferme.

Puis, germe en elle, l’idée de créer un orphelinat. C’est finalement une école qui s’impose. Elle s’inscrit au Centre européen de formation, en France, où elle acquiert les rudiments du métier au bout d’un cycle de trois ans. De retour au pays, Michèle lance le groupe scolaire bilingue les Laitières, une aventure qui dure depuis une décennie déjà. Quand elle se consacre enfin à ses proches, Mme Bilong qui s’évertue à «rester positive en toute circonstance», distille énergie et bonne humeur. Elle se plait à se présenter comme une mère poule rigoureuse, généreuse et bonne conseillère pour Cédric, Daniel et Anny Grâce, sa progéniture, mais aussi pour sa famille biologique, «très importante» pour elle.

 

Sujet Irène Mbezele – Patrick Nelle / ICI Cameroun