«J’ai abandonné les études pour poursuivre ma passion, je réussis à vivre de mon art, m’offrir ce que j’aime, ma famille s’épanouit bien, ainsi que ceux qui travaillent avec moi». Moustik Karismatik, 31 ans, fait une belle ascension sur la scène de l’humour au Cameroun et en Afrique.

Depuis son plus jeune âge, Tagne Tagne Hubert Martial, de son véritable nom, a réalisé son rêve d’enfant : devenir un humoriste apprécié et convoité par de nombreux jeunes et moins jeunes. En une dizaine d’années, Moustik Karismatik, de son nom d’artiste, est devenu une figure incontournable du paysage humoristique camerounais.  Il fait deux saisons au Parlement du Rire, une émission diffusée sur la chaîne Canal+ et réunissant des comédiens africains de talent sous la houlette du célèbre Mamane.

Partir du petit quartier Etoudi à Yaoundé, pour se retrouver au Marrakech du Rire, un festival international annuel créé par l’humoriste Jamel Debbouze fut l’apothéose.

L’humour, il ne l’a pas appris dans une école d’art et spectacle, tout a commencé à la maison, en famille : «J’adorais déranger mes frères et sœurs. Ensuite, c’est parti à l’école avec les camarades ; doucement, les gens appréciaient ce que je faisais, ça me boostait, et je me disais pourquoi pas en faire mon métier plus tard». Une situation qui n’enchantait pas sa famille, qui sacralisait l’école.

Mais le jeune homme n’a pas résisté à sa passion, en self-made man : «Quand je dis que je n’ai pas eu l’influence d’un modèle pour faire de l’humour, les gens pensent que je ne suis pas humble. Mais non, tout petit déjà j’écoutais Jean Miché Kankan et Essindi Mindja, et je me disais qu’il fallait faire la même chose qu’eux, mais à ma façon».

Même la famille s’y est fait ; ses quatre cadets et sa maman institutrice sont devenus fans de ce Moustik qui fait mal sur scène. Sa jeune compagne l’épaule bien, et assure une vie équilibrée pour leurs trois enfants.

Sujet : Sandrine Zobo – ICI Cameroun N° 88