Il est des people dont l’image ne se flétrit ni avec le temps ni avec les rudesses de la vie. Foly Dirane (Adrien Tafen à la ville) est de cette race-là même s’il est aujourd’hui éloigné des lumières qui ont nourri sa légende. Évocation.

 

Ce jour-là, Foly Dirane attend les équipes d’ICI pour le tournage d’un sujet à paraître dans le magazine. Voici l’animateur le plus doué de sa génération flanqué de deux épouses qui ne tarissent pas d’éloges sur son côté bon père de famille.   «Ce n’est pas le playboy qu’on croit et je peux le prouver », dit Jacky Biho. « La polygamie a l’avantage de nous maintenir en éveil», renchérit Tatiana Amougou.

«Quand j’entends son nom, roucoule Jacky, j’ai toujours le cœur qui bat. Pendant longtemps, j’ai fantasmé en le voyant à la télé». Tatiana, plus astrologue, assure : «Foly et moi fêtons notre anniversaire le même jour, le 10 novembre. Dieu Lui-même avait prévu que je serais sa femme».

 

JACKY ET FOLY, A LA FOLIE GRACE A «DÉLIRE»

Dans les bras de ses deux déesses, Foly oublie volontiers sa première femme, la bien nommée Eve qui le quitte en 1995. Il l’a remplacée par Jacqueline Biholong dite Jacky Biho, rencontrée en 1991 lors du premier casting de «Délire».

Fille de la comédienne Marie Madeleine Ngondou aperçue dans le film «Le prix de la liberté» de Dikongué Pipa, Jacky la piquante jouvencelle ex-élève au lycée de Biyem Assi à Yaoundé était le sosie de la chanteuse congolaise Tshala Muana et avait   le déhanchement incendiaire face caméra. Foly devint son fan, son amant, son parolier, son manager et son producteur.

Ainsi explose le phénomène Jacky Biho en 1992 avec l’album «Sexy» dont le titre Cicatrices d’amour pastiche une chanson de Tshala Muana. En 1998 arrive «Irrésistible» avec Loin de toi, Ewusu et Tu vas m’épouser, morceau bâti sur le thème d’Amio, l’œuvre culte d’Ebanda Manfred interprétée plus tard avec brio par Bébé Manga.

Surnommée la fille aux reins de roseau par ses admirateurs et voleuse de maris par ses détracteurs, la chanteuse a élargi son registre en apprenant le piano et la composition. Dégoûtée par la piraterie, Jacky s’est réfugiée dans une activité moins aléatoire : l’encadrement des jeunes dans un complexe scolaire. Plus tard, elle se séparera de Foly.

 

TATIANA, UN AN APRÈS JACKY

Pour sa part, Tatiana Amougou  était en classe de 3e quand elle intégra Les Mercenaires Rouges, le groupe de jeunes encadré par Foly, contre l’avis de sa mère Élise Sylviane qui a élevé seule les quatre enfants de la famille. Télégénique et éloquente, elle a régulièrement présenté « Délire » où on a vu Foly fondre pour elle comme beurre au soleil. « Je devais être recrutée à la CRTV mais on m’a demandé des choses que je ne peux pas faire», dit-elle quand on lui demande pourquoi son ascension s’est arrêtée.

« En fait, souligne Foly, je l’ai rencontrée un an après Jacky. On me voyait avec les deux, et avec personne d’autre. Dans son quartier elle n’a pas hésité à défendre Jacky qu’on accusait de m’avoir volé à ma première épouse, elle expliquait que c’est ma première épouse qui était partie. Elle a même fait du porte à porte et vendu environ 400 K7 et 50 CD de l’album « Irrésistible ».

Ce jour-là, Foly Dirane parle moins vite qu’à la télé, car il se livre : «Finalement, j’ai dit à Jacky : depuis je ne dérange plus, il faut que j’aille faire le mariage traditionnel avec Tatiana. Jacky a accepté de m’accompagner».

 

POLYGAME COMME SON PÈRE ET SON GRAND-PÈRE

Foly Dirane est donc polygame depuis 2005, comme son père et son grand-père avant lui.

Son père Benjamin Tafen Nana aurait aimé le voir étrenner la robe d’avocat après son DEUG de droit dans les années 79, mais le jeune Tafen Adrien choisit d’écrire des scenarii pour le plaisir. Puis il donne des cours dans des collèges privés, fait l’impresario dans les soirées anniversaires, chante dans des chorales à Banganté à l’Ouest du pays.

Il est recruté au cabaret La Madrague à Bali pour remplacer un présentateur… blanc. C’est à Yaoundé en 1987 que se produit la jonction avec l’audiovisuel : « Un soir, j’animais un spectacle dansant au Concorde. A la fin, Eric Chinje est venu me demander : est-ce que tu veux faire de la télé ? » La réponse sera oui ! Tafen peut taquiner ceux qui l’ont traité de fou en devenant Foly, le gars qui change les lettres d’Adrien en Dirane.

 

RECRUTE A LA CRTV AVEC L’AIDE DE DENISE EPOTE

Après le test de recrutement à la CRTV, son dossier n’avance plus. Denise Epote qui fut sa camarade de classe en seconde-première s’étonne de ce qu’il n’est pas encore recruté. « Elle m’a dit : ne bouge pas. Elle est entrée dans le bureau du DG Florent Etoga Eily. J’ai entendu sa voix, pas contente du tout, elle expliquait au DG que la télé avait besoin de gars comme moi. Quand elle est ressortie, j’étais embauché », se souvient-il ce jour-là d’un air enjoué.

Sur proposition d’Eric Chinje, Foly monte sa première émission « Danse Cameroon Dance ». Trois mois plus tard, il présente deux autres programmes : «Cocktail aux Décibels» (avec Véronique Ma’a) et «Inter-Collèges».

En 1989, on lui confie l’émission «V comme Vedette» créée après la disparition de «Télé Podium». Il s’en sort comme un chef à chaque nouveau défi (« Le Quiz du succès », « Nous Nous King »).

En 1991, il ose un poisson d’avril en annonçant un show avec Tshala Muana et Michael Jackson… qui seront incarnés par des imitateurs. Le concept « Délire » est sur orbite et Foly devient un lanceur de fusées : Chris Badd, Jacky Biho, Ange Bagnia, Guy Manu, Junior Sengard

La suite, on l’a vécue presque en direct sur le petit écran. Foly Dirane fut longtemps le meilleur animateur de sa génération et même au-delà. ». A ses côtés se sont révélées de nouvelles figures du paysage audiovisuel camerounais comme Moïse Bangtéké, Félix Epole, Nadine Patricia Mengue, Diop, Léonard Châtelain, Jean Olivier Owona.

 

Texte : T. Minko’o – Photos : Eric Deffontaine / Jean Pierre Kepseu / ICI Cameroun

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *